Lundi 23 Avril 2018
 
 
CARTE LIVRE ANCIEN LIVRES CARTES & VUES ESTAMPE NOUVEAUTES EXPERTISE RECHERCHER
 

 
Atlas
Botanique
Chasse
Dictionnaire
Histoire & Economie
Illustrés Modernes
Littérature
Livres illustrés
Marine
Pêche
Régionalisme français
Religion
Sciences & Arts
Voyage en Afrique
Voyages

 
 
LIVRES - Dictionnaire
Liste complète
 
PAGE     1 


  Biographie Universelle des contemporains ou dictionnaire historique des hommes vivants et des homme
 
 
DÉTAIL Voir le détail
COMMANDER Ajouter au panier
RECEVOIR DES INFORMATIONS Recevoir des informations
   
BABBE VIEILH de BEAUJOLIN et SAINTE PREUVE


vendu euros

REFERENCE : 151280
   
 
Paris, rue du Colombiers, 1836. 5 volumes in-8 (20 x 13 cm). Demi-basane saumon de l’époque, dos ornés de motifs dorés, pièce de titre brune, tranches irisées, quelques traces de frottements.
Bon exemplaire.
Importante bibliographie de 1136, 1638 et 918 pages.
 
   
 
  Dictionnaire universel des sciences, des lettres et des arts.
 
 
DÉTAIL Voir le détail
COMMANDER Ajouter au panier
RECEVOIR DES INFORMATIONS Recevoir des informations
   
BOUILLET

in 8
190 euros

REFERENCE : 5511
   
 
BOUILLET.
Dictionnaire universel des sciences, des lettres et des arts.
Paris, Hachette, 1869, fort grand in-8 , demi-chagrin et percaline noirs, dos orné avec titres dorés. Nouvelle édition (15ème) entièrement refondue sous la direction de
J. Tannery et E. Faguet.
Rare dans cet état .
1754 pages sur 2 colonnes Une source de renseignements indispensable sur toutes les villes et places anciennes du monde.
 
   
 
  Dictionnaire Raisonné de L'Architecture Française du XI au XVI Siècle
 
 
DÉTAIL Voir le détail
COMMANDER Ajouter au panier
RECEVOIR DES INFORMATIONS Recevoir des informations
   
VIOLLET-LE-DUC Eugène-Emmanuel

in-8, (250 x 170 mm)
vendu euros

REFERENCE : 1412012
   
 
VIOLLET-LE-DUC Eugène-Emmanuel
Dictionnaire Raisonné de L'Architecture Française du XI au XVI Siècle
Paris, chez Bance, 1858 - 1868. 10 volumes in-8, (250 x 170 mm). Demi-basane grenat, dos à nerfs, titre doré, tête dorée, infimes rousseurs dans le texte.
Bel exemplaire.
9 volumes de texte richement illustrés de gravures sur bois et 1 volume de table.
506, 544, 512, 509, 563, 458, 570,519, 554 pages pour les 9 volumes de dictionnaire.
Le volume de table reprend tous les monuments décrits avec un classement alphabétique par ville.
Lorsque nous commencions à étudier l’architecture du moyen âge (il y a de cela vingt-cinq ans), il n’existait pas d’ouvrages qui pussent nous montrer la voie à suivre. Il nous souvient qu’alors un grand nombre de maîtres en architecture admettaient à peine l’existence de ces monuments qui couvrent le sol de l’Europe et de la France surtout. À peine permettait-on l’étude de quelques édifices de la renaissance française et italienne ; quant à ceux qui avaient été construits depuis le bas-empire jusqu’au xve siècle, on n’en parlait guère que pour les citer comme des produits de l’ignorance et de la barbarie. Si nous nous sentions pris d’une sorte d’admiration mystérieuse pour nos églises et nos forteresses françaises du moyen âge, nous n’osions avouer un penchant qui nous semblait une sorte de dépravation du goût, d’inclination peu avouable. Et cependant par instinct nous étions attiré vers ces grands monuments dont les trésors nous paraissaient réservés pour ceux qui voudraient se vouer à leur recherche.
  Après un séjour de deux ans en Italie nous fûmes plus vivement frappés encore de l’aspect de nos édifices français, de la sagesse et de la science qui ont présidé à leur exécution, de l’unité, de l’harmonie et de la méthode suivies dans leur construction comme dans leur parure. Déjà cependant des esprits distingués avaient ouvert la voie ; éclairés par les travaux et l’admiration de nos voisins les Anglais, ils songeaient à classer les édifices par styles et par époques. On ne s’en tenait plus à des textes la plupart erronés, on admettait un classement archéologique basé sur l’observation des monuments eux-mêmes. Les premiers travaux de M. de Caumont faisaient ressortir des caractères bien tranchés entre les différentes époques de l’architecture française du nord. En 1831, M. Vitet adressait au ministre de l’Intérieur un rapport sur les monuments des départements de l’Oise, de l’Aisne, du Nord, de la Marne et du Pas-de-Calais, dans lequel l’élégant écrivain signalait à l’attention du gouvernement des trésors inconnus, bien qu’ils fussent à nos portes.
Plus tard, M. Mérimée poursuivait les recherches si heureusement commencées par M. Vitet, et, parcourant toutes les anciennes provinces de France, sauvait de la ruine quantité d’édifices que personne alors ne songeait à regarder, et qui font aujourd’hui la richesse et l’orgueil des villes qui les possèdent. M. Didron expliquait les poëmes sculptés et peints qui couvrent nos cathédrales, et poursuivait à outrance le vandalisme partout où il voulait tenter quelque œuvre de destruction. Mais, il faut le dire à notre honte, les artistes restaient en arrière, les architectes couraient en Italie ne commençant à ouvrir les yeux qu’à Gênes ou Florence ; ils revenaient leurs portefeuilles remplis d’études faites sans critique et sans ordre, et se mettaient à l’œuvre sans avoir mis les pieds dans un monument de leur pays.
La commission des Monuments historiques instituée près le ministère de l’Intérieur commençait cependant à recruter un petit nombre d’artistes qu’elle chargeait d’étudier et de réparer quelques-uns de nos plus beaux monuments du moyen âge. C’est à cette impulsion donnée dès l’origine avec prudence, que nous devons la conservation des meilleurs exemples de notre architecture nationale, une heureuse révolution dans les études de l’architecture, d’avoir pu étudier pendant de longues années les édifices qui couvrent nos provinces, et réunir les éléments de ce livre que nous présentons aujourd’hui au public. Au milieu de difficultés sans cesse renaissantes, avec des ressources minimes, la commission des Monuments historiques a obtenu des résultats immenses ; tout faible que soit cet hommage dans notre bouche, il y aurait de l’ingratitude à ne pas le lui rendre, car, en conservant nos édifices, elle a modifié le cours des études de l’architecture en France ; en s’occupant du passé, elle a fondé dans l’avenir.
Viollet le Duc
   
 
  Nouveau Dictionnaire d'Histoire Naturelle, appliquée aux Arts, à l'Agriculture, à l'Economie rurale
 
 
DÉTAIL Voir le détail
COMMANDER Ajouter au panier
RECEVOIR DES INFORMATIONS Recevoir des informations
   
COLLECTIF BIOT, CHAPTAL, DESMAREST, HUZARD, LAMARCK, PARMENTIER, SONNINI, THOUIN, VIREY

in-8
3000 euros

REFERENCE : 151287
   
 
Paris, chez Deterville, 1816/19
36 volumes in-8 (20 x 13 cm).
Pleine basane fauve de l'époque, dos lisse de motifs dorés, pièces de titre et de tomaison grenat, tranches mouchetées. Infimes petits frottements.
(Ex-libris armorié du Marquis de Monteynard à Tencin dans le Dauphiné).
Bel exemplaire
  Seconde édition augmentée, illustrée de 261 planches et 3 tableaux repliés. La première édition parut entre 1802 et 1804, et comptait 24 volumes.
Classement alphabétique des termes ayant trait aux sciences naturelles et à leurs applications : Les matières premières, les productions auxquelles elles peuvent donner lieu, les phénomènes physiques et physiologiques, ainsi que des termes génériques. Les gravures sont dessinées par Jacques Delille et Jacques de Sève. Elles représentent des animaux, plantes, fleurs et minéraux.
   
 
  Grand Dictionnaire universel du XIX siècle français, historique, géographique, mythologique, bibliog
 
 
DÉTAIL Voir le détail
COMMANDER Ajouter au panier
RECEVOIR DES INFORMATIONS Recevoir des informations
   
LAROUSSE Pierre


vendu euros

REFERENCE : 151288
   
 
Paris, 1866-1877. Ed. Larousse et Boyer. 17 volumes grands in-4 (310 x 260 mm).
Demi-basane rouge de l’époque, dos à nerfs ornés de motifs dorés, titre doré. Infimes petites traces de frottements.
Peu fréquent dans cette reliure grenat.
Très bon état intérieur.
Bon exemplaire
  Bien complet en 15 volumes et 2 de suppléments. Comme très souvent les notices en couleurs sont absentes. Né dans une famille modeste, Pierre Larousse a pour ambition de devenir encyclopédiste. A partir de 1838, il travaille comme instituteur puis directeur d'école et trouve rapidement les manuels scolaires désuets. Il quitte alors l'enseignement en 1840 et se consacre à la publication de très nombreux ouvrages pédagogiques. Ses manuels ont notamment pour sujets le vocabulaire, l'orthographe et la grammaire, comme c'est le cas dans le traité complet d'analyse grammaticale en 1850. Il fonde en 1852 la maison d'édition Larousse et Boyer avec son ami Augustin Boyer, qui est lui aussi un ancien instituteur. C'est avec cette entreprise que Larousse connaît alors un immense succès, notamment grâce au dictionnaire qu'il édite et qui continuera à s'enrichir après sa mort, en 1875. Pour « reproduire la physionomie de la langue au moment actuel », il sacrifie délibérément les emplois anciens qui tiennent une si grande place dans le Dictionnaire de la langue française de Littré : il en résulte une nomenclature très riche ; d'autre part il est le premier à utiliser massivement des exemples empruntés aux écrivains du XIXe s. (Hugo, Balzac, Vigny, etc.). Par son aspect encyclopédique, qui se révèle une oeuvre de haute vulgarisation, le dictionnaire de P. Larousse a voulu jouer un rôle analogue à celui qu'avait joué l'Encyclopédie de Diderot, une mise au point des connaissances et un instrument de libération.
   
 
PAGE     1 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
www.cartes-livres-anciens.com
PATRICK SEROUGE - Livres anciens - Estampes - Cartes géographiques
Vente - Achat - Expertise